Équipe Ryan La Haye Planiprêt

at 1545, boulevard de l'Avenir, bureau 220, Laval , H7S 2n5

Courtier Hypothécaire


Équipe Ryan La Haye Planiprêt
1545, boulevard de l'Avenir, bureau 220
Laval , QC H7S 2n5
Canada
Contact Phone
P: 450-629-3101
Website
http://ryanlahaye.com/

Description

Depuis 2006, mon objectif est de vous trouver le produit et le taux s'adaptant le mieux à vos besoins, tout en abordant vos finances d'une optique globale. Mes services incluent : pré-qualifications, achats, refinancements, consolidations de dettes, transferts, renouvellements, et beaucoup plus encore. Avec mon équipe, vous trouverez à la fois les approches les plus innovatrices sur le marché, telle la Manoeuvre Smith, ainsi que des conseils et des connaissances approfondies sur l'acquisition de propriété à revenus, la gestion de votre passif, et le développement de votre croissance financière. Since 2006, my goal has been to always find you the best product and the best rate according to your own financial needs. My services include: Pre-approval, Purchase, Refinancing, Debt Consolidation, Transfer, Renewal, and much more. With my team, you will find the resources for the newest trends in the business, such as the Smith Manoeuver, as well as advice on revenue properties, debt management and your overall financial growth.

Company Rating

365 FB users likes Équipe Ryan La Haye Planiprêt, set it to 2 position in Likes Rating for Laval, Canada in Bank/financial services category

Réponse : VRAI, au Québec, sur toute prime d’assurance hypothécaire une taxe de 9% doit être ajoutée.

Published on 2014-11-24 22:44:38 GMT

Bonne semaine! Felicitations pour votre travail!

Published on 2014-12-05 21:51:09 GMT

Quiz Vrai ou Faux Si je donne moins de 20% de comptant à l’achat de ma résidence principale, une prime d’assurance (SCHL – Genworth) sera ajoutée à mon prêt hypothécaire. À cette prime une taxe de 9% sera payable chez le notaire.

Published on 2014-11-24 17:50:30 GMT

Sur mon blogue : Qu’est-ce que la révision annuelle hypothécaire? http://ow.ly/ECIim http://ow.ly/ECIkO

Published on 2014-11-20 21:45:33 GMT

Bon matin: journee de formation Equipe RLH aujourd'hui au lac Fiddler!

Published on 2014-11-07 12:21:56 GMT

L'EXONÉRATION DE RÉSIDENCE PRINCIPALE . La plupart d'entre vous sont probablement au courant des aspects généraux de l'exonération de résidence principale qui, dans nombre de cas (mais pas tous), a pour effet d'exempter de l'impôt le gain en capital réalisé sur la vente de votre logement d'habitation. Nous traitons ici de quelques règles précises qui régissent l'exonération. L'exonération se fonde sur le rapport entre le nombre d'années pendant lesquelles le logement a été votre résidence principale alors que vous étiez un résident du Canada et le nombre d'années pendant lesquelles vous en avez été propriétaire. Plus précisément, la partie exonérée du gain est la suivante : A x B/C, où A = le gain déterminé par ailleurs; B = 1 + nombre d'années pendant lesquelles le logement a été votre résidence principale et vous étiez un résident du Canada; et C = nombre d'années pendant lesquelles vous avez été propriétaire du logement. Note : B/C ne peut être supérieur à 1. Par conséquent, si le logement a été votre résidence principale pendant toutes les années où vous en étiez propriétaire ou toutes les années sauf une, le gain entier résultant de sa vente sera exonéré de l'impôt. (L'explication du chiffre « 1 + » est donnée ci-dessous.) Si le logement a été votre résidence principale pour une durée inférieure à cette période, une partie du gain sera imposée comme un gain en capital. Exemple Vous avez détenu la propriété d'un logement pendant 10 ans et celui-ci a été votre résidence principale pendant six de ces années. Vous le vendez avec un profit de 100 000 $. La partie exonérée du gain sera de 70 000 $ (100 000 $ x (6 + 1 / 10). Le solde de 30 000 $ sera un gain en capital dont la moitié, soit 15 000 $, sera incluse dans votre revenu à titre de gain en capital imposable. Vous pouvez considérer un logement comme votre résidence principale pour une année si vous ou votre époux ou conjoint de fait ou votre enfant l'« habitez normalement » dans l'année. Le critère de l'« habitation normale » comporte un seuil assez bas. Par exemple, si vous habitez à votre chalet ou votre maison de villégiature pendant quelques semaines au cours de l'année, celui-ci pourra vraisemblablement être considéré comme résidence principale pour cette année. Il n'est pas obligatoire que le logement soit situé au Canada. Il y a toutefois une attrape : pour chaque année d'imposition (après 1981), votre unité familiale (généralement, vous, votre époux ou conjoint de fait et vos enfants mineurs) ne peut désigner qu'un seul logement comme résidence principale chaque année. Par conséquent, si vous détenez plus d'un logement qui pourrait être admissible par ailleurs, vous devez décider quel logement désigner pour quelle année. À cause de cette règle, la formule d'exonération ci-dessus comprend le chiffre « 1 + » pour tenir compte du fait que des gens vendent souvent un logement et en achètent un autre dans la même année. Comme ils ne peuvent désigner qu'un logement chaque année, la règle assure que le gain sur les deux logements sera pleinement exonéré. La désignation est faite normalement dans votre déclaration de revenus de l'année au cours de laquelle vous vendez le logement. Cependant, si l'exonération de résidence principale s'applique de façon à exonérer le gain entier sur la vente, l'ARC n'exige pas que vous procédiez à la désignation dans votre déclaration de revenus. En conséquence, la plupart des propriétaires de logement ne procèdent pas dans les faits à une désignation dans leur déclaration de revenus (même s'ils demeurent soumis à la règle d'un seul logement désigné chaque année). Une autre règle prévoit que le fonds de terre sous-jacent à votre logement peut être considéré comme faisant partie de votre résidence principale, mais généralement sans dépasser ½ hectare (un peu plus de 1,2 acre). Si le fonds de terre excède cette surface, l'excédent peut être admissible seulement si vous démontrez qu'il était « nécessaire pour l'utilisation et la jouissance » de votre logement. Ce pourrait être le cas si des lois ou des règlements de zonage vous empêchaient d'acheter un fonds de terre inférieur à ½ hectare. Si l'excédent n'est pas admissible, le gain sur cette partie ne sera donc pas exempté en vertu de l'exonération de résidence principale. Louer votre logement Des règles spéciales s'appliquent si vous habitez votre logement et le louez plus tard, ou si vous le louez d'abord, puis y emménagez plus tard. En pareilles circonstances, si vous faites un choix, même si vous n'habitez pas « normalement » le logement pendant que vous le louez, vous pouvez le désigner comme votre résidence principale pour une période pouvant aller jusqu'à quatre années pendant lesquelles vous le louez. Toutefois, vous êtes toujours limité à un logement désigné par année, ce qui fait que si vous habitez un autre logement dont vous êtes propriétaire pendant ces années, vous ne pouvez procéder qu'à une seule désignation pour ces années. De plus, vous ne pouvez généralement pas désigner le logement pour les années de location si vous demandez une déduction pour amortissement dans ces années. Vous devez donc prendre une décision quant à savoir ce qui est plus avantageux dans les circonstances : demander une déduction pour amortissement ou procéder à une désignation de résidence principale. Si vous quittez votre logement par suite d'une mutation au travail, la période de location de votre résidence principale peut s'étendre au-delà de la période de quatre ans, dans la mesure où vous y revenez durant votre période d'emploi ou au plus tard au terme de l'année suivant la fin de votre emploi. L'exonération ne s'applique qu'aux immobilisations, non aux stocks L'exonération de résidence principale ne s'applique pas si vous exploitez une entreprise d'achat et de vente de logements d'habitation. Même si vous ne pensez pas exploiter ce genre d'entreprise, si vous achetez même un seul logement et le revendez après en avoir eu la propriété pendant quelques mois seulement, l'ARC pourrait considérer que vous exploitez une entreprise d'achat et de vente, auquel cas le gain entier entrera dans votre revenu à titre de profit et l'exonération ne vous sera pas accessible. Nous avons traité de cette question dans notre Bulletin de septembre 2014, sous la rubrique « Dix erreurs fréquentes en impôt ». L'ARC est devenue très agressive sur ce point, en particulier dans les cas où des constructeurs de maisons emménagent dans des logements puis les quittent au moment de les vendre, souhaitant mettre à l'abri leurs profits par l'exonération de résidence principale, mais aussi lorsqu'un particulier achète un logement en copropriété à être encore construit, mais ne l'habite pas longtemps parce que la situation a changé au moment où le logement est prêt pour occupation.

!-- Global site tag (gtag.js) - Google Analytics -->