Francs conseils inc.

at 1269, rue Gouin, Lévis, G6Z 3K1 Canada

planification financière, fiscale, planification successorale, préparation de la retraite, assurance-vie, assurance-invalidité, régimes de retraite.


Francs conseils inc.
1269, rue Gouin
Lévis , QC G6Z 3K1
Canada
Contact Phone
P: 418-834-3417
Website
http://www.sebastientrudel.com

Description

BIENVENUE SUR LA PAGE DE FRANCS CONSEILS! Cette page est la vôtre. Son contenu vous aide à prendre de meilleures décisions financières. Vous avez accès à de l'information sur tous les aspects de vos finances. Je publierai au moins un article chaque semaine. Je vous invite à les commenter, à me poser des questions sur vos finances. J'y répondrai sans faute et avec plaisir! N'hésitez pas à me suggérer des sujets d'articles!

Opening time

  • Mondays: 08:30- 17:00
  • Tuesdays: 08:30- 17:00
  • Wednesdays: 08:30- 17:00
  • Thursdays: 08:30- 17:00
  • Fridays: 08:30- 17:00

Company Rating

45 FB users likes Francs conseils inc., set it to 5 position in Likes Rating for Lévis, Quebec in Bank/financial services category

LE DÉBAT SUR LES RÉGIMES DE RETRAITE À PRESTATIONS DÉTERMINÉES Le débat fait rage actuellement sur le financement des régimes de retraite des municipalités. D’autres débats suivront logiquement pour les régimes de retraite du reste des employés publics et parapublics. Je crois que ça vaut la peine de clarifier certaines choses. Le projet de loi 3 lance différentes pistes de solutions pour résorber les déficits actuels et limiter la pression financière qu’exerceront les déficits futurs sur les municipalités. En voici quelques-unes : Le projet de loi veut forcer le partage à parts égales pour le coût des régimes. Ainsi, là où certains employés paient aussi peu que 20% des coûts associés à leur régime de retraite, ils paieraient 50% des coûts y étant associés. Les contributions doubleront ainsi pour certains corps de métier. On veut limiter les coûts annuels totaux des régimes à 18% de la masse salariale (20% pour les pompiers et les policiers qui bénéficient de dates de retraite très hâtive). Il faut savoir que le niveau de contributions nécessaires varie notamment selon le rendement de la caisse de retraite, l’âge moyen des travailleurs, le rythme d’augmentation des salaires et l’espérance de vie des retraités. L’ensemble de ces facteurs connaît des tendances négatives du point de vue des régimes de retraite, excepté le rythme des augmentations salariales, qui croît probablement à un rythme prévu par les actuaires dans l’ensemble. Il est donc possible que les plafonds de contribution de 18% et 20% forcent les régimes à offrir des rentes payables à partir d’âges plus avancés ou à revoir à la baisse les modalités de calcul de rentes. On veut permettre les régimes de retraite qui n’ont pas assez d’argent pour payer les pensions futures de suspendre l’indexation des rentes. L’indexation consiste à faire augmenter les rentes de retraite au rythme de l’inflation. L’absence d’indexation signifie que les retraités voient leur pouvoir d’achat baisser année après année, puisque leur rente reste la même alors que les biens et services qu’ils se procurent voient leur prix augmenter. Environ 50% des employés municipaux profitent d’une indexation pleine ou partielle. Donc, le projet de loi 3 met de la pression sur les employés municipaux en leur faisant payer davantage pour se procurer une rente future potentiellement amoindrie. Ces employés devront trouver de l’argent pour cotiser 50% du coût de leur régime et en trouver d’autre pour cotiser à leur REER ou leur CELI s’ils désirent maintenir les rentes prévues compte tenu des changements à venir. Cependant, quand on sait que les employeurs sont des organismes publics, dont les budgets sont défrayés par des contribuables comme vous et moi, on se doit de considérer que la très vaste majorité des contribuables n’ont aucun fonds de pension. Ils doivent donc payer 100% des contributions à leur caisse de retraite (ils seraient donc bien contents d’apprendre que 50% des coûts devaient être défrayés par leur employeur!), leur rente à la retraite n’est pas garantie, les sommes épargnées doivent être plus importantes pour permettre l’indexation et ils en assument tous les risques. Ils risquent notamment de connaître des rendements insuffisants pour conserver leur rythme de vie et de survivre à leur capital, ce que ne risque pas un rentier d’un régime de retraite à prestations déterminées. Dans un monde idéal, on ne reverrait pas les conditions, les acquis. Cependant, devant des déficits importants, une population vieillissante et des impôts et taxes déjà très lourds, ce ne sont pas seulement les acquis des travailleurs municipaux qui devront être revus, mais aussi l’ensemble des programmes et leurs coûts associés afin de se doter uniquement de programmes dont nous avons les moyens dans un souci d’équité entre les classes, mais aussi d’équité intergénérationnelle.

Published on 2014-08-24 00:27:52 GMT

A QUEL ÂGE DEVRAIT-ON DEMANDER LA RENTE DE RETRAITE DE LA RRQ? L’âge « normal » pour recevoir la rente de retraite de la RRQ est de 65 ans. Si on devance le moment de la recevoir, cette rente est diminuée de 0,6% par mois pour le reste de notre vie alors que si on la retarde, on reçoit 0,7% par mois de plus que la rente à 65 ans. Ça signifie qu’une personne recevra 2,2 fois plus d’argent par mois pour une rente à partir de 70 ans par rapport à une rente reçue à partir de 60 ans. En quelques mots, je vous suggère la plupart des gens de prendre la rente de retraite à l’âge de 68 ans. L’attente est plus que compensée par la rente plus appréciable qui est payée. Ceux qui comptent investir de façon plus agressive, avec des investissements uniquement axés sur la croissance toute leur vie pourront avoir avantage à devancer leur rente de retraite à l’âge de 64 ans. Effectivement, quand on obtient des rendements appréciables dans nos REER, il est préférable de les laisser fructifier dans la mesure du possible. Seuls ceux qui ont une espérance de vie très courte, dû à une maladie ou un historique familial de décès prématurés auront avantage à prendre leur rente de retraite dès l’âge de 60 ans. Vous aurez donc compris qu’il faut mettre de l’argent de côté pour pouvoir attendre. Effectivement, pour tous ceux qui sont nés après 1962, la rente du fédéral (pension de sécurité de la vieillesse) n’est payable qu’à partir de 67 ans. Si vous attendez en plus à 68 ans pour recevoir la rente de retraite de la RRQ, c’est donc que vous devez vivre uniquement de vos épargnes entre la date de votre retraite et 67 ans. Je joins quelques détails sur les calculs sous jacents pour les plus curieux. L'INVESTISSEUR ÉQUILIBRÉ Les premiers calculs que j’ai fait prennent comme hypothèses que les rentes de retraite de la RRQ sont indexées en moyenne de 2 % par année et que le rendement de vos REER est, en moyenne, de 5 % par année, l’âge pour recevoir cette rente : Espérance de vie Meilleur âge où demander la rente de retraite 60 à 70 ans 60 ans 71 à 72 ans 61 ans 73 à 75 ans 62 ans 76 à 77 ans 63 ans 78 à 80 ans 64 ans 81 ans 65 ans 82 à 85 ans 67 ans 86 à 87 ans 68 ans 88 ans et plus 69 ans Les hommes ayant une espérance de vie moyenne et une tolérance aux risques moyennes devraient donc opter pour une rente de retraite à partir de l’âge de 67 ans alors que les femmes dans la même situation devraient plutôt opter pour une rente de retraite à partir de l’âge de 69 ans. Pour tirer ces conclusions, j'ai supposé une espérance de vie de 84 ans pour les hommes et de 89 ans pour les femmes. Ce sont les espérances de vie actuelles pour quelqu'un ayant atteint l'âge de 60 ans. Vous devriez utiliser ces âges, à moins que votre historique familial ou votre état de santé pointe clairement vers une autre direction. L'INVESTISSEUR AXÉ SUR LA CROISSANCE Si je suppose toujours une inflation de 2% par année mais des rendements moyens de 8%, les résultats changent de façon importante : Espérance de vie Meilleur âge où demander la rente de retraite 60 à 73 ans 60 ans 74 à 76 ans 61 ans 77 à 79 ans 62 ans 80 à 84 ans 63 ans 85 à 88 ans 64 ans 89 à 96 ans 65 ans 97 à 103 ans 67 ans On conclura qu’un homme ayant une espérance de vie moyenne et une tolérance aux risques élevée choisira de prendre sa rente de retraite à partir de 63 ans alors qu’une femme dans la même situation la prendra à partir de 65 ans. L'INVESTISSEUR PRUDENT En dernier lieu, j’ai supposé un rendement de 3% par année et une inflation de 2% par année, pour obtenir les résultats suivants : Espérance de vie Meilleur âge où demander la rente de retraite 60 à 69 ans 60 ans 70 à 71 ans 61 ans 72 à 73 ans 62 ans 74 à 75 ans 63 ans 76 ans 64 ans 77 à 78 ans 65 ans 79 à 82 ans 67 ans 83 à 84 ans 68 ans 85 ans et plus 69 ans Ainsi, un homme préférant les investissements très sécuritaires et ayant une espérance de vie moyenne aurait avantage à demander sa rente de retraite à 68 tandis qu’une femme dans la même situation aurait avantage à attendre jusqu’à 69 ans.

Published on 2014-08-03 14:06:32 GMT

LE RENDEMENT DES INVESTISSEMENTS IMMOBILIERS Plusieurs d’entre vous ont l’impression qu’investir dans l’immobilier est moins risqué que d’investir en bourse ou dans des fonds de placement pour deux raisons principales : 1. parce que ce type d’investissement est concret. Vous pouvez toucher les briques et le béton de l’immeuble, ce qui contribue à l’émergence d’un sentiment de sécurité; 2. aussi, parce que vous n’avez pas accès aux fluctuations quotidiennes de la valeur marchande de l’immeuble, contrairement aux fluctuations de la valeur des actions ou des fonds de placement qu’il est, en effet, possible de consulter en ligne. Ce sentiment de sécurité explique aussi pourquoi la pratique courante des investisseurs immobiliers est d’emprunter une forte proportion du montant qu’ils investissent, contrairement à la majorité de ceux qui investissent dans les actions. FLUCTUATIONS DU MARCHÉ IMMOBILIER Le marché immobilier est caractérisé par des périodes de hausses, de stagnation et de baisses prolongées. En effet, au Canada, la dernière période de baisse a eu lieu en 1989. La période de stagnation qui a suivi a duré environ 12 ans. Ce type de cycles prolongés ont aussi eu lieu dans la plupart des marchés ailleurs dans le monde. CE QU’IL EST IMPORTANT DE SAVOIR AVANT D’INVESTIR… 1. les périodes de baisses du marché de l’immobilier ont eu lieu aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Australie (de 2007-2012) et plus récemment en Chine, peuvent aussi avoir lieu au Canada à court ou à moyen terme; 2. les baisses du marché immobilier sont non seulement possibles, mais inévitables. 3. si l’offre dépasse la demande, de nombreux appartements et condominiums demeureront vacants 4. plus vous payez cher un actif, plus les probabilités de pertes sont élevées. Si vous payez 5000$ pour un immeuble qui génère des revenus locatifs de 25 000 $ par année, vous ne perdrez pas d’argent, mais si vous achetez ce même immeuble pour 5 millions $, vous perdrez beaucoup d’argent, parce que vos frais de financement seront très élevés, et parce que personne ne voudra vous l’acheter aussi cher. COMMENT CALCULER LE TAUX DE RENDEMENT DE VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER? Il existe deux façons distinctes, mais complémentaires de calculer le rendement de votre investissement immobilier. D’abord, vous calculez le taux de rendement courant de votre actif immobilier comme vous calculez le rendement courant de n’importe quel actif. Pour faire ce calcul, considérez tous les dépenses sauf les frais liés à l’emprunt, c’est-à-dire le coût des taxes, d’entretien, et tous les frais qui se rapportent à l’immeuble. Voici la formule : rendement courant= (revenus de loyer annuels-dépenses annuelles de l'immeuble)/ (valeur actuelle de l'immeuble) Prévoyez une importante marge de manœuvre en liquidité pour payer la gestion, l’entretien de l’immeuble, et pour payer les frais bancaires et les intérêts jusqu’au moment où vous aurez remboursé votre emprunt. 2. Le taux de rendement net de votre investissement tient compte des coûts liés à votre emprunt, pour l’empocher le montant des dépenses courantes doit être inférieur au coût de votre emprunt. Ce taux de rendement doit être suffisamment élevé pour tenir compte des risques, de l’argent que vous devrez investir dans l’immeuble et de l’ensemble des dépenses courantes. Refaites le calcul en tenant compte de la situation actuelle (des coûts de quelques loyers vacants) au lieu de tenir compte de la situation parfaite où tous vos appartements seraient pleins de locataires qui paient rubis sur l’ongle. rendement courant net= (revenus de loyer annuels-dépenses annuelles-intérêts annuels)/ (valeur actuelle de l' immeuble-emprunt actuel sur l'immeuble) Enfin, tenez compte des liquidités nettes générées par l’immeuble : liquidités nettes courantes=revenus de location annuelle-dépenses actuelles-paiements annuels sur le prêt-impôt additionnel payé pour l'immeuble Si le résultat est négatif, prévoyez des liquidités pour payer …. probablement pendant plusieurs années.

Published on 2014-07-21 19:35:21 GMT

DÉPENSES RÉCURRENTES : ÉCONOMISER OU DÉPENSER, MAIS AVEC PLAISIR! Chaque mois, la plupart d’entre vous voient les relevés des transactions de votre compte en banque sans remettre en question la raison d’être de vos dépenses. En fait, vous effectuez de nombreuses dépenses automatiquement, car elles découlent des décisions que vous avez prises, il y a fort longtemps. Or, ces dépenses récurrentes se cumulent et peuvent orienter de manière très importante qualité et projets de vie. Songez à une mensualité de 50$ par mois (téléphone, câble, etc). Ça équivaut à 600 $ par année. Si vous gagnez 50 000 $ par année, ce montant équivaut à une semaine de salaire, soit environ 1 000 $ brut (avant impôt)! Autrement dit, faites le calcul! Chaque 10 $ que vous dépensez par mois vous coûtent environ 200 $ brut par année. Si vos revenus planifiés pour votre retraite vous semblent insuffisants, en diminuant vos mensualités de 10 $ par mois et vous pourrez investir 16 $ dans vos REER à la place! Poussons un peu plus loin ce raisonnement : imaginez que vous avez l’habitude d’acheter un café et un muffin pour 5 $ en vous rendant au travail chaque matin. Si vous travaillez environ 200 jours par année, il vous faudra gagner environ 1 500 $ par année pour vous les payer. Voilà pourquoi, à mon avis, il est important de vous posez ces questions avant d’effectuer se type d’achat : 1. Cet achat de 5 $ par jour me procure-t-il du plaisir ou suffisamment de plaisir? 2. Vaut-il 50 heures de travail ou 1 500 $ de mon salaire annuel? Si ces dépenses ne vous procurent pas beaucoup de plaisir, faites les choses autrement! C’est en diminuant le nombre d’achats qui vous procurent peu de plaisir que vous arriverez à épargner 10 % de vos revenus et, du coup, baisser le niveau de stress engendré par vos finances. Si vous ne voulez pas épargner, dépensez plutôt cet argent à un endroit qui vous procure le plus de plaisir possible!

Published on 2014-06-03 20:37:45 GMT

CONJOINTS DE FAIT : DÉCÈS, SÉPARATION ET CODE CIVIL Si vous êtes des conjoints de fait, vous vivez dans un vide juridique complet ou presque! Plusieurs mythes existent à ce sujet, en voici quelques-uns : MYTHE #1 : EN CAS DE DÉCÈS DE VOTRE CONJOINT, VOUS DEVENEZ LE SEUL PROPRIÉTAIRE DE LA MAISON Si vous possédez une maison en copropriété, il est faux de croire que le survivant de votre couple en héritera si le défunt ne l’a pas inscrit dans votre testament. En fait, la moitié de la maison appartiendra toujours au conjoint survivant, mais selon le Code civil (cf. article no 666 et les suivants), l’autre moitié sera léguée à d’autres membres de la famille du conjoint décédé. En effet, si celui-ci n’a pas eu d’enfants, ce sont ses beaux parents, ainsi que ses beaux frères et belles sœurs qui hériteront de la moitié de votre maison. Si le défunt a eu des enfants d’une union précédente, ceux-ci seront copropriétaires de la maison et potentiellement représentés par l’ex-conjoint! Ce qui est certain : en l’absence de testament, le conjoint survivant ne sera pas le seul propriétaire de la résidence. MYTHE #2 : VOUS DEVENEZ LOGIQUEMENT LE BÉNÉFICIAIRE DE SON RÉGIME DE RETRAITE La règle générale stipule que vous devenez le bénéficiaire du régime de retraite de votre défunt conjoint de fait, même s’il ne l’a pas écrit dans son testament ou sur un autre type de document : • s’il s’agit d’un RRS, d’un RPA ou d’un RVER; • si vous avez été des conjoints de fait pendant au moins trois ans (un an suffit dans certains cas mais c’est plus rare); • si vous avez eu des enfants ensemble et avez été des conjoints de fait pendant au moins un an. Si votre défunt conjoint a été marié lors d’une relation précédente et n’a pas divorcé, vous et l’ex-conjoint correspondez à la définition de conjoint pour la plupart des régimes de retraite! Ce sera au juge de régler ce cas de bigamie légale. Enfin, si votre défunt conjoint de fait possède un REER collectif, d’un RPDB ou d’un CELI collectif, le bénéficiaire sera généralement la personne dont il a écrit le nom en dernier qui sera bénéficiaire, peu importe où il l’a écrit (formulaire, testament ou n’importe quelle feuille de papier datée et signée). MYTHE #3 : EN CAS DE SÉPARATION, VOUS RECEVEZ UNE PENSION ALIMENTAIRE ET LA MOITIÉ DES ACTIFS Si vous avez des enfants ensemble, celui d’entre vous dont le revenu est le plus élevé a la responsabilité de payer une pension alimentaire, mais sans plus. Selon la Loi, rien ne vous oblige à partager vos actifs, même si vous avez vécu ensemble pendant plusieurs décennies. ATTENTION! Le testament répond à toutes les questions liées au décès de votre conjoint de fait, tandis que le contrat de vie commune peut régler les problèmes engendrés par votre séparation. Vos questions et vos commentaires sont les bienvenus, c’est avec plaisir que j’y répondrai!

Published on 2014-05-28 18:13:47 GMT

PLANIFIER L'ACHAT DE VOTRE PREMIÈRE MAISON Acheter votre première maison est parmi les décisions financières de première importance, car cet achat aura des impacts profonds et importants sur vos finances tout le long de votre vie. C’est pourquoi, je vous invite à lire ces quelques recommandations. RECOMMANDATIONS 1. Si vous planifiez acheter une maison, vous avez avantage à choisir parmi celles à un coût abordable. Le montant total ne devrait jamais excéder 40 % ou rarement être au-dessus de 35 % des revenus nets de votre couple (après les impôts et les déductions à la source). 2. Avant même de visiter des maisons ou de retirer des REER dans le cadre du programme de régime d'accession à la propriété (RAP), prenez le temps d’économiser l'équivalent de 20 % de la valeur de la maison que vous planifiez acheter. Par exemple, si vous souhaitez acheter une résidence de 250 000 $, vous devez économiser au moins 50 000 $ . Si vous avez moins de 20 % de la valeur de la maison convoitée en liquidités, votre créancier n'acceptera pas de vous octroyer un prêt sans garantie. Vous devrez donc payer des primes d'assurances à une compagnie d'assurance hypothécaire (SCHL et Genworth se partagent la vaste majorité des prêts garantis). Vous payez ainsi des milliers de dollars pour une assurance qui vise à protéger votre banque. Voici des exemples de primes payables avec le taux associé. EXEMPLE DE FRAIS POUR UNE MAISON DE 250 000$ montant de liquidité coût de l'assurance coût en pourcentage 12 500 $ 7 481 $ 3,15 % 25 000 $ 5 400 $ 2,40 % 37 500 $ 3 825 $ 1,80 % Comme le montre le tableau ci-dessus, si vous planifiez acheter une maison d’une valeur de 250 000 $ avec des économies d'un peu plus de 25 000 $, vous devrez emprunter la somme de 230 400 $, soit 225 000 $ en plus de la prime de 5 400 $ payable dès l'émission de l'hypothèque. 3. Il coûte plus cher d'habiter dans une maison que de louer un appartement. C’est pourquoi, il est important pour vous de prendre le temps de calculer le montant que vous payerez en plus et de l’économiser. Vous cumulerez ainsi 20 % de mise de fonds en quelques années et serez à même de voir si votre budget de futurs propriétaires vous convient.

Published on 2014-05-19 00:27:04 GMT

VIVE LES FONDS D'URGENCE! Tout le monde devrait avoir un fonds d'urgence accessible en tout temps. Le montant mis de côté doit suffire pour couvrir au moins trois mois de dépenses normales. L'expérience m'a montré l’importance de constituer un fonds d'urgence, je vous présente les raisons principales. 1. VOUS DORMEZ MIEUX LA NUIT! C'est fou comme quelques milliers de dollars font une différence incroyable sur la paix intérieure que l'on ressent. L'effet d'avoir de l'argent disponible en cas de pépin nous aide plus à dormir que l’effet d’une marge de crédit! L'essayer, c'est l'adopter! 2. VOUS AVEZ DE L'ARGENT, S'IL VOUS ARRIVE UN PÉPIN... Si une dépense importante et imprévue survient ou si vous perdez votre emploi, vous avez l'argent qu'il faut. 3. VOUS ÉCONOMISEZ! En effet : • vous ne payez plus de frais bancaires; • vous augmentez votre montant déductible de vos assurances maison et auto, ce qui vous fait économiser des primes chaque année; • vous pouvez choisir un délai de carence plus long pour votre assurance invalidité, ce qui se traduit par des économies substantielles; • quand on vous offre de payer annuellement ou mensuellement, vous choisissez l'option la moins chère. 4. VOUS AVEZ DE L'ARGENT À INVESTIR DANS LES OPPORTUNITÉS D'AFFAIRES! Souhaiteriez-vous profiter d'une belle occasion d'affaires? Les anglophones disent que la chance, c'est la rencontre de l'opportunité et de la préparation. Les occasions d'affaires vous sont offertes, mais vous n'y prêtez pas attention, car vous n'avez pas les fonds nécessaires pour investir. DÉSAVANTAGES DE VOTRE FONDS D’URGENCE Si vous économisez pour votre fonds d'urgence, qu’il est disponible en tout temps, il produira moins de rendement. Je vous suggère de garder quelques milliers de dollars dans votre compte en banque et d'investir le reste du montant dans un CELI, dans un fonds de type « modéré » ou « prudent » (c’est-à-dire entre 70 % et 80 % en obligations et entre 20 % à 30 % en actions) SANS FRAIS D'ENTRÉE NI DE SORTIE. Ainsi, vous gagnerez davantage de rendement moyen qu’un dépôt garanti et ne paierez pas d'impôt sur ce rendement. CRÉATION ET GESTION DE VOTRE FONDS D’URGENCE Pour créer ou gérer votre fonds d'urgence, je vous propose cette démarche : • si vous avez des dettes sur une carte ou une marge de crédit, commencez par les rembourser avant de créer un fonds d'urgence. Si un imprévu survient avant d'avoir remboursé le montant total, utilisez préférablement votre marge ou votre carte de crédit... et assurez-vous de la rembourser le plus rapidement possible; • si vous n'avez pas de fonds d'urgence et pas de dette sur une carte ou une marge de crédit, pour le créer, commencez à transférer automatiquement de l'argent vers votre CELI la journée de la paie; • une fois votre fonds d'urgence constitué, y toucher seulement en cas d’urgence ou pour une occasion d'affaires qui ne se refuse pas! • Quand une urgence (ou une occasion d'affaires) survient, remboursez votre fonds d'urgence en recommençant les transferts d'argent à chaque paie. N’oubliez pas, une bonne résolution n'est rien sans entreprendre les actions nécessaires!

Published on 2014-04-28 13:55:54 GMT

BIENVENUE SUR VOTRE BLOGUE SUR LES FINANCES PERSONNELLES! Je publierai un article tous les lundi matins. Ils porteront sur tous les aspects de la finance personnelle, notamment, sur : • la planification financière; • l'impôt; • les programmes gouvernementaux; • les investissements; • les assurances; • le droit; • la gestion budgétaire; • les marchés financiers et les émotions qu'ils font vivre (finance comportementale); • la planification successorale; • les dons planifiés. J'éviterai le jargon et resterai clair. N'hésitez-pas à me rappeler à l'ordre si je l'oublie. Ceci dit, je souhaite que cet espace soit le vôtre. Posez-moi des questions en privé ou dans la zone des commentaires, c'est avec plaisir que j'y répondrai. Si vous souhaitez que certains sujets soient abordés, écrivez-moi et je publierai des articles selon vos préférences. Si vous souhaitez ne pas manquer la parution des prochains articles, inscrivez-vous au blogue de mon site Web et chacun d'eux sera livré directement dans votre boîte de courriels. Au plaisir de vous lire et d'éventuellement vous rencontrer, Sébastien Trudel, M.Sc., CFA, pl.fin. site Web : http://sebastientrudel.com/

Published on 2014-04-19 15:48:20 GMT

LA PLANIFICATION FINANCIÈRE POUR LES NOUVEAUX RETRAITÉS Quand la plupart des efforts du milieu des investissements semblent axés vers l'accumulation de capitaux, on pourrait se demander à quoi rime l’idée de préparer une planification financière dans les premières années de la retraite ou dans celles qui la précèdent. À mon avis, les nouveaux retraités sont parmi ceux qui doivent ABSOLUMENT avoir un plan financier. En fait, le plus important est de donner une direction précise et réaliste à leurs décisions financières, car le rythme de vie et des dépenses ne dépend plus d'un salaire, mais dépend généralement des actifs. Le plus souvent, le planificateur financier répondra d’abord à ces questions principales : • Combien pouvez-vous dépenser d’argent chaque année pour atteindre vos objectifs financiers sans en manquer plus tard? • Quel ordre de liquidation de vos actifs deviez-vous choisir pour ne pas payer trop d'impôt aujourd'hui ou plus tard? • De quelle façon est-ce que les sommes devraient vous être versées? • Comment vos investissements devraient-ils être gérés au jour le jour pour arriver à atteindre vos objectifs? En plus de ces questions, d'autres pourront trouver des réponses, dont les suivantes : • Quelles assurances avez-vous encore besoin et quelles assurances devriez-vous arrêter de payer? • Comment ne pas laisser vos proches dans une situation financière difficile lors de votre décès? Trop dépenser équivaut à risquer de n'avoir plus d’argent plus tard et dépenser moins équivaut à se priver pour rien. Il s’agit de chercher l'équilibre entre les deux, ce qui peut être difficile à trouver seul. C’est pourquoi, il est important pour ceux qui sont à l'aube de la retraite ou qui sont à la retraite depuis peu temps de rencontrer un planificateur financier compétent.

Published on 2014-05-07 15:28:43 GMT

LES GRANDS MYSTÈRES DE L'ASSURANCE HYPOTHÉCAIRE Le savez-vous? Vous n'êtes pas obligés de vous assurer par l’entremise de votre institution financière. Lorsque vous contractez un prêt, on vous fait signer les formulaires d'assurance comme si ça allait de soi. Rien n'est moins vrai! ASSURANCE HYPOTHÉCAIRE : MÉFIEZ-VOUS DES ÉTABLISSEMENTS FINANCIERS! L’assurance de votre établissement financier est de moins bonne qualité, car elle présente de nombreux désavantages importants, songez à ceux-ci : • le coût de l’assurance hypothécaire décroît si le solde du prêt diminue; • son coût augmente selon votre âge (oui, oui, l'assurance baisse, mais son coût augmente!); • le coût futur n’est pas stable ni connu d'avance, il cesse généralement d'être compétitif autour de l'âge de 30 ans et, à partir de l'âge de 40 ans, il augmente beaucoup plus qu'une assurance hypothécaire de meilleure qualité; • aucune distinction de coût n'est faite pour les non-fumeurs. Si vous êtes non-fumeur, vous payez probablement un coût trop élevé; • votre institution financière reporte trop tard l’évaluation de votre admissibilité à l’assurance en cas de décès ou d’invalidité, c’est-à-dire lors de votre décès ou si vous devenez invalide. Vous vous croyez donc assurés, pourtant aucune prestation ne vous sera versée; • si vous décédez, votre succession ne touche pas un sou. Il est évidemment impossible pour vous de choisir un autre bénéficiaire, la prestation est donc payée au créancier; • si vous avez des problèmes de santé, il est donc impossible pour vous changer d'institution financière, vous perdez ainsi une bonne partie de votre pouvoir de négociation; • vous êtes une tierce partie dans le contrat d'assurance. Le créancier est le propriétaire et le bénéficiaire du contrat. Vous contractez l'assurance par l’intermédiaire du créancier; Vous n'avez aucun contrat, seulement un résumé très partiel des couvertures. Celui-ci ne précise pas, notamment, les limitations, les conditions de paiement, les délais de carence, ni la durée des prestations. DES ASSURANCES HYPOTHÉCAIRES DE QUALITÉ : QUIÉTUDE ET SATISFACTION GARANTIES! Si vous avez une hypothèque, il est important que vous demandiez une soumission à un courtier en assurances compétent et indépendant, car : • vous serez assurés par un contrat garanti qui vous appartient; • ce contrat répondra à vos besoins financiers réels. Contrairement aux pratiques des institutions financières, vos besoins en assurances ne seront pas définis selon le montant de votre hypothèque; • vous paierez à court terme un coût équivalent à celui des institutions financières, mais vous économiserez beaucoup d’argent à long terme; • un courtier en assurances compétent évaluera si vous êtes assurable lors de l'établissement du contrat : vous n’aurez donc jamais de mauvaises surprises! Je vous invite à me contacter par téléphone ou par courriel pour obtenir une assurance hypothécaire réaliste et de qualité. Si vous le souhaitez, je peux vous offrir un régime d’assurance complet simplement en vous posant quelques questions par courriel. Vous n'avez rien à perdre et tout à gagner!

Published on 2014-05-07 14:15:25 GMT

Quand on dit que les "riches" devraient payer plus, que c'est la solution pour atteindre l'équilibre budgétaire, on semble oublier que quelqu'un qui fait plus de 100 000$ travaille très fort et qu'il paie plus de 31 000$ d'impôt. Si on en gagne 150 000$, on paie plus de 55 000$ d'impôt. Chaque dollars additionnel est actuellement taxé à 49,97%. Croyez-vous donc que la solution consiste à mettre tout le monde égal en taxant davantage? Ainsi, il en restera moins aux "riches" et on pourra en redonner plus aux pauvres. Si tel est le cas, quel est l'incitatif pour travailler plus que la moyenne? Cette solution s'appelle le communisme ou le socialisme. Croyez-vous que le communisme a vraiment fonctionné? Voyez-vous Cuba ou la Corée du Nord comme des pays riches ou des exemples à suivre? Croyez-vous que la Chine ou la Russie ont fait une erreur en cessant d'être communistes? Au Québec, il faut arrêter d'envier et de détester les riches. Il faut avoir plus de riches, les encourager à créer de la richesse et les remercier de leur contribution à notre économie.

Published on 2015-03-29 20:35:08 GMT

LES PROBABILITÉS DE DEVENIR INVALIDE Au Canada, les statistiques nous annoncent qu’on a une chance sur trois de devenir invalides pendant une période de plus de trois mois pendant notre vie active et que l’invalidité moyenne dure en moyenne 2,9 années. Or, ces statistiques datent de plus de 25 ans! Le « Council for Disability Awareness » a sorti de statistiques contemporaines sur les probabilités d’être invalide. Bien qu’elles s’appliquent aux États-Unis, je pense que la situation aux États-Unis de 2013 est plus semblable à la situation prévalant au Canada il y a plus de 25 ans. La première statistique intéressante est que 64% des travailleurs évaluent leur probabilité de tomber invalide à 2% ou moins! Il semble que les gens ont tendance à penser que ça n’arrive qu’aux autres! Selon ces statistiques : • Une femme « typique » a 24% de probabilité d’être invalide pendant une période de plus de 3 mois • Un homme « typique » a 21% de probabilité d’être invalide pendant une période de plus de 3 mois o 38% des invalidités dureront plus de 5 ans o L’invalidité moyenne durera 82 mois Les hommes « typiques » ont un âge de 35 ans, pèsent 170 livres et mesurent 5’10ʺ tandis que les femmes « typiques » ont aussi 35 ans, pèsent 125 livres et mesurent 5’4ʺ. Ils font un travail de bureau, avec des tâches physiques extérieures occasionnelles et mènent un rythme de vie sain. Si la femme pesait 160 livres, elle aurait plutôt 41% de probabilité d’être invalide tandis qu’un homme de 200 livres aurait 45% d’être invalide. Les probabilités augmentent donc pour un surpoids, mais aussi si la personne fait usage de tabac, fait des activités physiques à risque, si elle fiat du diabète, de la haute pression, des dépressions ou de l’anxiété, si elle a des problèmes de dos, si elle consomme des drogues ou si trop d’alcool. Il faut aussi comprendre qu’une personne plus jeune aura plus de probabilités de tomber invalides tandis qu’une personne plus vieille aura un tout petit peu moins de chances de tomber invalides. Si on a 20 ans, on a des probabilités de tomber invalides entre 20 et 65 ans, tandis que si on a 60 ans, on n’a que 5 ans pour tomber invalides. Si vous vous débrouillez en anglais, vous pouvez calculer votre propre probabilité de tomber invalide à l’adresse suivante : www.whatsmypdg.org . Une autre statistique intéressante : 62% des faillites font suite à des problèmes médicaux. Les statistiques canadiennes sont un peu différentes, puisqu’on ne paie pas pour nos soins de santé. De notre côté de la frontière, environ 50% des reprises de finances font suite à une invalidité prolongée. Il me reste plus qu’à vous poser les questions classiques : • Combien de temps pouvez-vous vous passer de votre salaire? • Pensez-vous réellement être à l’abri de l’invalidité pour toute votre vie active ? • Êtes-vous adéquatement protégé en cas d’invalidité?

Published on 2014-09-06 16:18:30 GMT

L’ACHAT D’ACTIONS ACCRÉDITIVES QUÉBÉCOISES EST-IL UN INVESTISSEMENT RENTABLE? Pour vous encourager à prendre des risques financiers, il existe quelques investissements qui garantissent des remboursements d’impôt importants, ce qui est bien, mais encore faut-il qu’ils soient rentables. À mon avis, il existe seulement un type d’investissement qui en vaut la peine : l’investissement dans les actions accréditives québécoises. Il ne convient pas à tout le monde, mais devrait être considéré par tout investisseur rationnel fortement imposé dont une partie du portefeuille est dédié aux investissements risqués. Si vous investissez des capitaux pour l’achat d’actions accréditives québécoises, vous recevrez un remboursement d’impôt de l’ordre de 60 % de leur valeur totale, mais seulement si vous investissez sur une période maximum de deux ans. Par exemple, si vous investissez 10 000 $, vous recevrez un remboursement d’impôt d’environ 6 000 $. Votre investissement réel sera donc de 4 000 $ (10 000 $ - 6 000 $). La première année, vous recevrez un remboursement de 60 % du montant de votre investissement de départ, puis 48 % (60% moins environs 12% d’impôt sur le gain en capital) de celui-ci à tous les deux ans. Dès le deuxième investissement, vous aurez reçu des remboursements d’impôt plus élevés que votre mise de fonds initiale, ce qui rend votre risque nul et tout gain subséquent net. Vous devez savoir qu’acheter des actions accréditives est rentable pourvu que votre investissement réel soit d’au moins 4 000 $. Effectivement, étant donné les frais d’émission et le fait que les actions se vendent plus cher que leur valeur marchande à cause des économies fiscales qu’elles donnent, votre investissement de 10 000 $ baissera à environs 8 000 $ dès le début de l’aventure. Quand vous récupérez votre 10 000 $ au complet, vous avez donc obtenu un excellent rendement d’environs 150%. Même si votre investissement ne reste qu’à un niveau de 8 000 $, vous avez doublé votre capital puisque vous n’avez réellement investi que 4 000 $. Si vous êtes incapable de considérer l’investissement sur une base nette, n’y investissez pas! Le gouvernement provincial est généreux, parce que vous prenez des risques financiers appréciables. Effectivement, la vente d’actions accréditives vise à financer des compagnies cotées en bourse et engagées dans l’exploration minière de sols québécois. Elles abandonnent les allègements fiscaux auxquels elles ont droit pour favoriser leur capitalisation.

Published on 2014-07-03 00:06:42 GMT

CARTE DE CRÉDIT : PROFITER DES REMISES EN ARGENT, MAIS SANS VOUS ENDETTER! Au Canada, le nombre d’utilisateurs de carte de débit a explosé. Les gens les utilisent de plus en plus pour faire tous leurs achats, y compris pour payer de petits montants. Seulement si vous gérez bien votre budget, je vous suggère d’agir autrement. Effectuez plutôt vos paiements par carte de crédit pour minimiser les frais de transactions bancaires et pour maximiser les remises d’argent ou le nombre de points que vous offrent les entreprises de crédit. QUELQUES CONSEILS PRATIQUES… 1. DOTEZ-VOUS D’UNE CARTE DE CRÉDIT AVEC DES REMISES EN ARGENT. Vous avez suffisamment de points pour gagner un billet d’avion par année, mais pour un nombre restreint de destinations, n’auriez-vous pas avantage à plutôt recevoir de l’argent pour vous payer le billet d’avion que vous voulez? Voilà pourquoi les points sont bien, mais l’argent, c’est encore mieux! 2. SI VOUS CHOISISSEZ UNE CARTE À REMISE DE POINTS, ASSUREZ-VOUS D’EN AVOIR POUR VOTRE ARGENT! La somme des prix des biens et des services devrait équivaloir à la valeur des remises en argent qu’offrent les autres entreprises de crédit. 3. UTILISEZ CETTE CARTE DE CRÉDIT POUR EFFECTUER LE PLUS DE TRANSACTIONS POSSIBLE. 4. ACHETEZ À CRÉDIT, MAIS NE DÉPASSEZ PAS VOTRE BUDGET! 5. CHAQUE MOIS, PAYEZ LE SOLDE DE VOTRE COMPTE DE CARTE DE CRÉDIT EN ENTIER ET À TEMPS, SANS EXCEPTION! 6. GARDEZ DE L’ARGENT COMPTANT SUR VOUS POUR PAYER LES MONTANTS PEU ÉLEVÉS OU SI ON N’ACCEPTE PAS LES PAIEMENTS PAR CARTE DE CRÉDIT. 7. RENÉGOCIEZ VOTRE FORFAIT BANCAIRE ÉTANT DONNÉ QUE VOUS FAITES MAINTENANT BEAUCOUP MOINS DE TRANSACTIONS PAR CARTE DE DÉBIT. En effectuant moins de transactions par carte de débit, souvent, vous éviterez de payer des frais bancaires, mais seulement si vous conservez, en tout temps, un solde de 1 000 $ à 2 000 $ dans votre compte. C’est un rendement appréciable et non imposable. Depuis près de 20 ans, en n’utilisant que ma carte de crédit pour subvenir aux besoins de mes quatre enfants, je n’ai pas payé de frais bancaires et j’ai reçu environ 500 $ par année en remises d’argent, soit 6 000 $ non imposable. À mon avis, l’utilisation intelligente de la carte de crédit fait partie d’une bonne gestion budgétaire. En bref, c’est maximiser les remises en argent avec peu de compromis sur nos plaisirs et aucun compromis sur nos valeurs.

Published on 2014-06-10 00:09:57 GMT

CRÉDIT D'IMPÔT POUR RÉNOVATIONS RÉSIDENTIELLES Le 24 avril dernier, le gouvernement précédent a mis en place un crédit d’impôt pour les rénovations écologiques. Quant au gouvernement actuel, il a instauré le crédit d’impôt remboursable couvrant la majorité des travaux effectués sur une résidence par le propriétaire occupant. Il s’agit du programme Logirenov, celui-ci vise à stimuler l’économie et à freiner le travail au noir. Les travaux de rénovation admissibles sont uniquement ceux que font les entrepreneurs dûment certifiés. Donc, si vous décidez d’exécuter les travaux, vous ne recevrez pas un sou de ce programme. Le contrat avec l’entrepreneur doit être signé entre le 24 avril 2014 et le 1er juillet 2015 et les travaux doivent être réalisés avant le 31 décembre 2015. Par exemple, j’ai engagé un entrepreneur pour rénover la toiture de ma maison cet été. J’ai attendu la date de l’annonce du programme pour signer le contrat avec l’entrepreneur. Si je l’avais signé dès ma première rencontre avec ce dernier, soit le 6 avril dernier, je n’aurais pas été admissible à ce crédit d’impôt, même si les travaux avaient été faits après le 24 avril. Le programme couvre la plupart des rénovations. Il rembourse 20 % des coûts des travaux admissibles excédant 3000 $, après les taxes (sous la forme d’un crédit d’impôt remboursable). Ainsi, si des travaux de rénovation vous coûtent 5 000 $, taxes comprises, vous aurez droit à 600 $ de crédits d’impôt ((5 000 $ - 3 000 $) * 20 %). Vous ne pouvez pas recevoir un remboursement de plus de 2 500 $ en crédit d’impôt. Ainsi, si vous effectuez des travaux de 20 000 $, taxes comprises, vous recevrez un remboursement en crédit d’impôt de 2 500 $ (20 000 $ - 3 000 $)*20 % = 3 400 $), ce qui est supérieur au maximum des montants admissibles au programme. Le programme prévoit toutefois certaines restrictions, notamment, la construction attente ou accessoire à la résidence (garage, annexe, etc.) et les travaux paysagers ne sont pas admissibles. C’est pourquoi avant d’aller de l’avant, assurez-vous de bien comprendre le programme suivant le lien suivant : http://www.finances.gouv.qc.ca/documents/bulletins/fr/BULFR_2014-6-f-b.pdf Il est préférable que ce crédit d’impôt ne vous incite pas à effectuer des travaux superflus sur votre résidence. Cependant, si vous prévoyez entreprendre des travaux admissibles à ce programme dans les prochaines années, planifiez-les pour 2014 ou 2015. et songez à faire affaire avec un entrepreneur accrédité. PS : il est à noter que l’ancien programme permettait de recevoir jusqu’à 10 000$ de crédit et demeure en place jusqu’à la fin octobre de cette année. Les gens ayant planifié des dépenses onéreuses visant à épargner de l’énergie passeront par l’ancien programme.