L'Hotel - Paris

at 13, rue des Beaux-Arts, Paris, 75006 France

Le 28 octobre 1900, il s'était converti au catholicisme. À cette occasion, la tradition voulant que l'on offre une coupe de champagne à un adulte qui se convertissait, il aurait eu ce mot « Je meurs comme j'ai vécu, largement au-dessus de mes moyens ». Ses derniers mots, dans une chambre d'hôtel au décor miteux (Hôtel d'Alsace, 13 rue des Beaux-Arts à Paris) auraient été: « Ou c'est ce papier peint qui disparaît, ou c'est moi ». Guy-Louis Duboucheron, propriétaire de L'Hôtel d'Alsace, Jacques de Ricaumont et Maria Pia de Savoie présidente de l'Association des amis d'Oscar Wilde, ont créé le Prix Oscar Wilde remis par le Cercle Oscar Wilde lors de la réouverture de l'établissement en 2000. Le premier prix a été attribué à Frédéric Mitterrand pour son livre Un jour dans le siècle. L'Hôtel où Oscar Wilde est mort ... Paris est plein d'hôtels. Certains sont moins connus que d'autres, sans que l'on comprenne pourquoi. L'Hôtel - oui, le nom est tout court - est un exemple de ce type. Situé dans la rue des Beaux-Arts, au plein coeur de Saint-Germain-des-Prés, avec toute une série de galeries d'arts comme voisines. L'Hôtel est un bijoux d'une vingtaine de chambres et suites, chacune avec sa propre personnalité, décorée autour d'un thème bien spécifique. La rue des Beaux-Arts vit le jour au début du 19 siècle à l'emplacement d'un grand parc de la famille de la Rochefoucault-Lancourt. Les fondements de L'Hôtel sont constitués par d'anciennes caves, dont une, avec une voûte en pierres d'origine, a été aménagée en petits thermes romains, avec une piscine intime, un hammam et une salle de repos, qui peuvent être réservés à des fins privées. L'Hôtel n'est pas un endroit fréquenté par des personnes qui cherchent de la publicité, mais par celles qui aiment se ressourcer dans un havre de paix, une intimité bien privée. La maison qui abrite L'Hôtel fut construite en 1816, à l'emplacement d'un discret pavillon qui, selon la légende, abrita les amours secrètes de la reine Margot. Rehaussé de six étages, ce pavillon d'amour devint une luxueuse maison Directoire à vocation d'hôtellerie. Le minuscule jardin derrière le restaurant avec la fontaine extérieure du 18 siècle nous rappelle cette atmosphère intimiste. Réarticulé autour d'une tour intérieure, attribué à Claude Nicolas Ledoux (1736-1806), dont les boiseries du Café militaire se trouvent au musée Carnavalet, ce palais parisien situé 13, rue des Beaux-Arts fut d'abord une modeste maison d'hôtes, puis l'Hôtel d'Allemagne, ensuite l'Hôtel d'Alsace, avant de devenir le luxueux boutique-hôtel d'aujourd'hui. Propriétaires depuis 1999, le biologiste français Jean-Pierre Besnard et sa femme Elisabeth voulurent respecter l'âme du lieu, le côté intimiste et intemporel et firent donc appel à un spécialiste. Jacques Garcia, c'est de lui qu'il s'agit, à qui l'on doit le décor de La Réserve près de Genève, du Costes à Paris et du Métropole Monte-Carlo, pour nommer que quelques unes de ces réussites, à rénové et décoré L'Hôtel. Jacques Garcia a le don de créer des espaces publiques qui sont réellement appréciés par la clientèle des divers hôtels, ce qui se manifeste notamment par des lobbies et restaurants bien fréquentés. Ses chambres sont généralement inspirées par l'antiquité classique. Dans le cas de l'Hôtel, Jacques Garcia a créé une vingtaine d'ambiances différentes qui n'ont rien à voir avec le modeste hôtel garni de l'époque d'Oscar Wilde. La réouverture de L'Hôtel eut lieu à l'occasion de la remise du prix littéraire Oscar Wilde. Son Altesse la princesse Maria-Pia de Savoie, présidente de l'Association des amis d'Oscar Wilde, remit le prix à Frédéric Mitterrand pour son livre Un jour dans le siècle (Ed. Robert Laffont). A cette occasion, Jacques Garcia a offert une visite guidée de l'hôtel, suivi d'un dîner au Restaurant Le Bélier, dont le chef Raphaël Pell a été formé par Jean-Pierre Vigato, sous la houlette duquel il continue du reste d'oeuvrer. Le Bélier se trouve dans l'ancienne court intérieure, transformée en restaurant grâce à une verrière. Je testerai le restaurant plus tard, après avoir parlé avec Monsieur Vigato qui, lors de mon séjour, était en train de transférer son propre restaurant dans un autre local. L'Hôtel offre non seulement des frescos peints à la main, des rideaux de taffetas, de la soie, des dessins de Jean Cocteau, mais une multitude d'antiquités dans une ambiance opulente, avec des colonnes néo-classiques, dorées à la main par l'artisan Alain Pouliquen, fameux par ses décors créés à la demande de l'Opéra de Paris. Les deux tiers du mobilier appartenaient déjà à L'Hôtel, le reste a été ajouté par Besnard et Garcia en chinant les antiquaires et en arpentant les salles de ventes. L'ambiance Art Déco de la chambre 36 Mistinguett (1875-1956) est irrésistible. Le lit avec miroirs et la coiffeuse en glace avec horloge sont signés Jean-Gabriel Domergue et ont été obtenu des héritiers de Mistinguett. Ils meublaient la chambre à coucher de sa maison de Bougival. L'ancienne chansonnière, actrice de cinéma muet et des music-halls a été longtemps la partenaire de Maurice Chevalier et la star des Folies-Bergère, du Casino de Paris, du Ba-Ta-Clan et du Moulin-Rouge, dont elle fut la directrice artistique de 1925 à 1929. Pour compléter le mobilier Art Déco, Jacques Garcia a chiné des appliques et coupelles Lalique dans les salles de vente. La chambre 24 Pondichéry en violet et or, avec des meubles indochinois, deux lits à une place surmontés de baldaquins, est la réplique en miniature d'une chambre d'invités du château de Champs de Bataille appartenant à Jacques Garcia. Le gothique flamboyant de la chambre Viollet-le-Duc est un hommage à la mode néogothique qui avait cours au 19ème siècle. Il est accentué par le velours de Gênes pourpre tendue dans toute la pièce. Ce velours vieux de plus de trente ans et complété par un mobilier d'inspiration médiévale. Le plus fameux hôte de L'Hôtel fut sans conteste Oscar Wilde, qui y est mort le 30 novembre 1900, en laissant une note impayée de la coquette somme de 2643,40 F et, sur ces lèvres, les fameuses paroles: "je meurs au-dessus de mes moyens". La note comprenait notamment des frais de limonade, blanchisserie et pharmacien, payé par le propriétaire de l'Hôtel d'Alsace de l'époque, Jean Dupoirier. Le poète et dandy né à Dublin, auteur notamment de romans tels que The Picture of Dorain Gray et An Ideal Husband, avait laissé ses années de gloire derrière lui lorsqu'il arriva à l'Hôtel d'Alsace. En fait, condamné à deux années de prison pour des actes homosexuels, interdits dans l'Angleterre de 1895, il était un homme brisé et socialement fini lorsqu'il fut relâché le 19 mai 1897. Après le décès, suite à un cancer, de sa femme Constance, il lui fut accordé des annuités de £150, mais on lui interdisait de voire ses deux fils en Angleterre. Désormais, à la place de fameux romans et poèmes, Oscar Wilde se contenta d'écrire des lettres priant ses amis de lui donner de l'argent. Son ancien amant, Bosie (Lord Alfred Douglas), qui vivait également à Paris, dans un appartement chic au 16ème arrondissement, ne lui accorda pas cette aide financière. Oscar Wilde sombra dans l'alcool et souffrit d'une maladie que le médecin Maurice Tucker fut incapable d'identifier, mais il exclue la syphilis. Oscar Wilde vivait déjà à Paris dans l'Hôtel Marsollier, mais le manque de moyens le força à déménager d'un hôtel pourtant bon marché à un hôtel encore meilleur marché. Certaines sources affirment que ce fut le propriétaire de l'Hôtel d'Alsace, Jean Dupoirier, qui régla sa dette chez Marsollier et lui permit ainsi de s'installer à l'Hôtel d'Alsace en août 1899. Le 10 octobre 1900, Oscar Wilde subit une opération à l'oreille, qui lui causait de la peine depuis ses jours en prison. L'opération, exécuté par le docteur Maurice Tucker, se fit dans sa chambre d'hôtel. Malheureusement, l'inflammation de l'oreille ne cessa pas. Au contraire, fin octobre, le docteur constata un abcès dans cette oreille. Une autre source mentionne la méningite comme cause de la mort. En tout cas, Oscar Wilde meurt le 30 novembre 1900, après s'être convertit au catholicisme.


L'Hotel - Paris
13, rue des Beaux-Arts
Paris 75006
France
Contact Phone
P: 0144419900
Website
http://fr.l-hotel.com/

How To Get to L'Hotel - Paris

Métro Saint Germain des Près

Company Rating

103 Facebook users were in L'Hotel - Paris. It's a 439 position in Popularity Rating for companies in Hotel category in Paris, France

149 FB users likes L'Hotel - Paris, set it to 406 position in Likes Rating for Paris, France in Hotel category