Nanteslitdanslarue

at rue de Madrid, Nantes, 44000 France

La bibliothèque de rue et l'atelier percussion se déroulent tous les jeudis après l'école à Malakoff. D'autres projets, ouverts sur le monde, sont menés.


Nanteslitdanslarue
rue de Madrid
Nantes 44000
France
Contact Phone
P: ---
Website
http://www.nanteslitdanslarue.fr/

Description

Pour nous rencontrer : tous les jeudi après l'école (de 16h à 19h) ateliers de lecture hors les murs rue de Madrid. L'association vise à familiariser les enfants et les adolescents à la lecture,l'écriture et la prise de parole. Elle encourage les capacités d'expression. Elle propose un espace de partage d'expériences et de réflexion aux personnes qui s'impliquent dans la lecture hors les murs.

Company Rating

57 FB users likes Nanteslitdanslarue, set it to 33 position in Likes Rating for Nantes, France in Non-profit organization category

un beau nombre décimal : 40 mentions j'aime sur la page :) Merci à vous pour le soutien de l'association Nantes lit dans la rue ! N'hésitez pas à réagir aux publications, à nous faire part de vos remarques en commentaire ou en message privé et surtout venez lire dans la rue avec les enfants :)

Published on 2015-03-17 09:48:54 GMT

"En cheminant avec Eva et avec chacun des enfants rencontrés, j'ai, pas à pas découvert et compris la manière d'être et de faire de ces enfants pour créer des liens et ouvrir des chemins d'avenir pour tous". Nathalie Gendre -ATD

Published on 2015-02-25 10:39:29 GMT

Je retourne au forum, à la pêche au bénévole : -) Ce qui est bien, c'est que je lis… à voix haute, au passant qui se détend et quitte sa cuirasse sous mes yeux. Comme ils sont nombreux les sourires qui naissent !

Published on 2015-01-24 08:27:02 GMT

Parce que les enfants ont faim dans leur tête… Parce que l'ignorance est mauvaise conseillère… Nous cherchons des partageurs de lecture, ponctuellement ou régulièrement. Bibliothèque de rue le Jeudi de 15h45 à 17h30 Pour lire à des enfants, on chante aussi, si on aime. C'est bien d'être au minimum 4, et nul n'est tenu d'être là chaque semaine

Published on 2015-01-16 19:12:33 GMT

Mais pourquoi lire dans la rue ? Bibliothèque de rue du lundi 18 août – Compte rendu Météo clémente Contexte : la semaine précédente une seule animatrice a lu à un seul enfant, la ludothèque est déserte. Didia et Claire installent les couvertures et les livres. Aucun enfant dans le jardin. Anne trouve la toute petite Lala qui joue devant l’école avec sa cousine venue du Mans, Nafissatou 7 ans. En route pour la lecture ! Lala va rentrer à l’école maternelle. Aujourd’hui ses grandes sœurs sont au centre de loisirs. Arrive une jeune femme avec ses deux enfants. Nous connaissons Mina, 6 ans, qui a pratiqué la bibliothèque avec nous quand elle était toute petite. Et puis, lors d’un porte à porte, le compagnon de sa mère nous a intimé l’ordre de ne plus les solliciter. Mina, toutes ses dernières années, tirait sur le bras de sa mère pour nous rejoindre, sans succès. Aujourd’hui Mina court, elle fait bien attention de ne pas nous approcher. Anne s’assied sur le banc à côté de sa mère. Anne engage la conversation, on parle des vacances, la maman accueillie un mois dans son ex belle famille et Anne chez sa famille aussi. Elle lui montre quelques livres que nous utilisons à la bibliothèque de rue, et comment ses petits textes, avec ses mots qui reviennent et qui riment et comment ses illustrations procurent aux jeunes lecteurs la sensation extraordinaire de pouvoir commencer à lire tout seul… Mina continue ses grands cercles en prenant bien soin de ne pas s’approcher des livres; elle rit. Mina va redoubler la grande section. Son petit frère, qui va rentrer à la maternelle joue avec l’ancienne patinette de sa sœur. – Non, ça n’est pas un problème pour un garçon de monter sur cet objet tout rose, confirme Anne, à la maman mal à l’aise. Elle ouvre le livre où des milliers de fourmis viennent « barboter » les graines dans l’écuelle de deux grosses poules. « Pas le temps, pas le temps » répètent les fourmis à tous les animaux qui les invitent à jouer. Le petit garçon écoute jusqu’au bout puis s’envole. Mina jette un œil en passant. Salima, 9 ans, parle très fort en haut du toboggan voisin. Anne s’approche et lui lit un livre qu’elle lui présente à bout de bras au dessus de sa tête. - Tu veux lire avec moi ? – Non, j’ai mal à la bouche ! Anne a choisi « Les premières fois », Salima tient quelques pages en place et s’engage dans une glissade. Ce jeu se reproduit plusieurs fois sous les yeux de la maman de Mina. – Ma grand mère, à Mayotte a 6 garçons et 6 filles, elle va faire une chambre pour chacun et j’irai là bas moi aussi; j’aurai mon cheval… Salima a beaucoup de choses à dire ; elle ne tient pas en place. Nous la connaissons depuis qu’elle est toute petite. Elle aime beaucoup les sorties. Sa maman ne voulait pas qu’elle vienne avec nous car « elle est bête » nous disait-elle. En fait elle l’avait formée à répéter ce qu’elle disait, comme à l’école coranique, seule école qu’elle avait dû fréquenter. - - Ah bon, tu auras un cheval, et bien je vais chercher le livre sur les chevaux ! - – Attends, je descends, on va s’asseoir tranquillement. Et une lecture, très approfondie, du documentaire s’engage. Nous sommes assises sur la barre en bois d’un jeu d’équilibre. Salima tourne les pages, soulève chaque petit volet, et Anne lit. Puis Anne lit l’histoire d’une petite fille qui sort son chien. Salima se lève et rapporte les livres sur la couverture - Vous n’avez pas froid ? demande Anne à la maman de Mina. - Je n’ai plus de gilet, je vais en racheter un. – Vous voyez, avec les livres, je fais comme pour l’apéro, je commence par lui offrir des petites choses délicieuses pour la mettre en appétit ! Cet été, j’avais ma petite fille en vacances, elle rentre à l’école, elle commence à être propre… - Mon fils, c’est pareil pour le pipi… Anne cherche le livre « A chacun sa crotte». Assise par terre au pied du banc, elle offre à l’enfant d’exercer le dur métier de tourneur de page. Ses petites mains s’activent, s’obstinent, attrapent… Ses doigts vont de l’éléphant à son caca, sa petite voix commente dans un babil approximatif et la lecture s’installe : Les grosses bêtes, les oiseaux, les poissons, les papas, les enfants, les bébés, tout le monde fait caca…. la maman sourit. – Ah ça tombe bien ce livre, ça tombe bien ! Pendant ce temps Mina est allée vers Didia, assise plus loin près de la fontaine. Mina a apporté beaucoup de livres. Didia dira ensuite que c’est la première fois qu’elle peut lire aussi longtemps à un même enfant. Mina, qui évitait de s'asseoir et courait après le vent vient la rejoindre d'abord sur la couverture et choisit ensuite un banc d'où elle peut voir sa mère (elle me dira 3/4 fois "je regarde où est ma mère") elle choisit les livres et tourne vite les pages de l'auteur et du titre pour les 2 premiers et comme Didia insiste pour lire les noms des auteurs en lui disant que ce sont les gens qui ont écrit l'histoire et ceux qui ont dessiné, elle prendra soin, ensuite, de vérifier si je donne les noms. Tout au début, elle choisit sans regarder vraiment les images, tourne les pages avec impatience, et heureusement que Didia connaissait l'histoire pour la lui raconter en "vitesse accélérée"! Puis, on tombe sur les chevaux, dont on peut lire seulement le texte imagé.… et tout se calmer. Elle restera très longtemps et rapportera plusieurs livres. Aucun autre enfant ne s'est approché mais plusieurs lui ont proposé de venir jouer... Elle est restée sourde à leur sollicitation. Bien sûr elle dit qu'elle va refaire la grande section. Didia été ravie de lire à ou avec Mina Anne montre la scène, sans rien dire, à la maman. C’est un moment incroyable. Claire est allée rejoindre Ursula, 10 ans, qui ne va pas au Centre et s’ennuie en attendant ses copines. Elle lui lit une BD dont le héro est un homme pas en forme, elles parlent… De loin, elle encourage Salima qui a repris seule cette histoire de petite fille qui sort son chien et lit seule sur la couverture, à voix haute. - Salima, plus fort, dit Claire ; - c’est la petite fille qui parle, et elle est vraiment en colère ! Evaluation sommaire 16 oreilles petites et grandes, celles de 3 animatrices Didia, Claire et Anne, une maman, 4 enfants, qui ont 3 ans, 6 ans, 9 ans, 10 ans. (les prénoms ont été changés) Entre 16h et 17h45, un lundi de vacances sur une plaine de jeu déserte. Et Didia dit, - en juillet, avec Marie, on ne pouvait plus partir le soir… Il y avait tellement d’enfants ! Ensemble nous avons expérimenté la richesse d’une forme d’animation inventée il y a un peu plus de 70 ans par des militants et des familles d’ATD ¼ monde.

!-- Global site tag (gtag.js) - Google Analytics -->