Représentation des personnels enseignants de l'EBABX

at , Bordeaux, 33800 France

Représentation des personnels enseignants et non enseignants de l'EBABX, École d'Enseignement Supérieur d'Art de Bordeaux


Représentation des personnels enseignants de l'EBABX

Bordeaux 33800
France
Contact Phone
P: ---
Website
-

Company Rating

52 FB users likes Représentation des personnels enseignants de l'EBABX, set it to 31 position in Likes Rating for Bordeaux, France in Non-profit organization category

Pour information. http://www.lesinrocks.com/2015/07/03/actualite/nicolas-bourriaud-evince-des-beaux-arts-le-sentiment-detre-pris-pour-des-cons-11758272/

Published on 2015-07-03 13:37:21 GMT

http://www.lemonde.fr/culture/article/2014/03/19/comment-diriger-une-ecole-d-art-en-france_4385364_3246.html#no_mobile

Published on 2014-03-19 07:43:53 GMT

Twitter: @Represent_EBABX

Published on 2014-03-08 15:13:12 GMT

COMMUNIQUÉ À LA PRESSE Graves dysfonctionnements de gouvernance à l'EPCC École d'Enseignement Supérieur d'Art de Bordeaux La récente nomination d’une nouvelle directrice à l’École d’Enseignement Supérieur d’Art de Bordeaux révèle de graves dysfonctionnements dans la gouvernance de l’Établissement Public de Coopération Culturelle (EPCC – EBABX) et témoigne d’une ambition extrêmement limitée. Le cas n’est malheureusement pas isolé : plusieurs autres écoles supérieures d’art et de design en France sont aujourd’hui également confrontées à des crises sérieuses liées aux modalités de recrutement de leur direction. Le 13 janvier 2014, les enseignants, personnels non enseignants et étudiants de l’École d’Enseignement Supérieur d’Art de Bordeaux ont appris, d’abord par voie de presse, la nomination d’une nouvelle direction à la tête de l’école. Le 3 février 2014, l’assemblée générale des enseignants, personnels non enseignants et étudiants de l’EPCC École d’Enseignement Supérieur d’Art de Bordeaux a décidé de contester cette nomination sur le plan juridique et d’engager un recours gracieux auprès du Président du Conseil d’Administration de l’établissement. La décision prise par le Président de l’EPCC – EBABX d’imposer l’une des candidatures est entachée d’erreurs de droit en ce qu’elle méconnait les pouvoirs et compétences des membres du Conseil d’Administration. Ces membres parmi lesquels figure un nombre de personnalités du monde de l’art et de la culture reconnus internationalement, professionnels de l’art et du design enseignants au sein de l’école, mais également artistes et universitaires extérieurs à l’école, avaient très clairement donné un avis défavorable dont le Président n’a pas tenu compte. Cette décision nous apparaît comme une erreur stratégique grave. La direction d’un établissement d’enseignement supérieur ou professionnel de formation artistique de très haut niveau nécessite un dialogue constructif et une vision partagée entre l’ensemble de ses administrateurs. C’est cette collégialité qui fonde les choix stratégiques qui porteront le projet d’établissement de manière concertée et décidée pour renforcer sa réputation et son attractivité ainsi que l’excellence de sa formation. Le statut juridique des EPCC (Établissement Public de Coopération Culturelle) est censé garantir l’autonomie des établissements d’enseignement supérieur d’art et de design dans leur fonctionnement et la conduite de leurs objectifs. Ce n’est hélas pas le cas à l’École d’Enseignement Supérieur d’Art de Bordeaux, où nous subissons des pratiques d’un autre temps, celui d’une gouvernance autoritaire et sans ambition qui ne sait pas tenir compte de l’expertise des personnes qu’elle gouverne et par voie de conséquence intervient dans les choix pédagogiques; celui d’un état d’esprit incapable de prendre la mesure du rayonnement que peut produire une école supérieure d’art et de design et de cette jeunesse créative et inventive qui y étudie. Cet autre temps a fait son temps. C’est pourquoi nous contestons aujourd’hui cette procédure de nomination et demandons qu’elle soit invalidée et qu’un nouvel appel à candidature soit lancé. Nous souhaitons pouvoir véritablement accueillir l’annonce d’une nouvelle direction comme un signe fort et prospectif, porteur de perspectives de changements, de projets audacieux engageant l’avenir de l’institution à ses échelles tant locales, nationales qu’internationales. Actuellement, dans la plupart des autres pays Européens, en Allemagne, en Suisse, ou dans les pays Scandinaves notamment, la nomination de nouvelles personnes à la tête des écoles d’art est clairement devenue un enjeu majeur des politiques culturelles locales et nationales (voir les nominations de Chus Martinez à l’École d’Art et de Design de Bâle, de Martha Kuzma à celle de Stockholm, ou de Rita McBride et Philippe Pirotte à Düsseldorf et à Francfort, pour ne citer que quelques exemples très récents). Dans chacun des cas, enseignants, non-enseignants et étudiants ont été écoutés ou associés aux procédures de recrutement – contrairement à Bordeaux. Aujourd’hui, dans de nombreuses écoles françaises, mais de manière flagrante à l’École d’Enseignement Supérieur d’Art de Bordeaux, les efforts menés pour construire et soutenir les futurs positionnements d’artistes et de designers sont ignorés, méprisés. On ne peut que s’interroger sur une triste « exception française » et s’inquiéter de l’avenir de l’enseignement artistique. Celui-ci conditionne la réussite professionnelle des artistes et designers français de demain, dans un champ de plus en plus globalisé et concurrentiel. Nos enseignements travaillent au plus près de cette réalité mouvante. Par leur comportement autoritaire contre-productif, nos tutelles désavouent les efforts accomplis. Il est urgent de réaffirmer la spécificité et l’ambition de l’enseignement artistique en France – et à Bordeaux. Les professeurs, les personnels non enseignants et les étudiants, Les artistes, les designers, les critiques, les historiens et les théoriciens de l’École d’Enseignement Supérieur d’Art de Bordeaux, le 6 mars 2014